Par Xavier Raufer – Novembre 2021

Délinquance à Paris : tout va bien, trompette M. Darmanin. Voyez les chiffres : du 3e trimestre 2020 au 3e trimestre 2021, cambriolages, vols à la tire, violences, que de fortes baisses.

Hon­teuse manipulation, car ce 3e trimestre 2020 a subi de plein fouet l’explosion criminelle post-confinement (16 mars-11 mai). Les malfaiteurs mettant alors les bouchées doubles, ces chiffres paroxystiques ne peuvent nullement fonder un calcul honnête. Voici les faits :

2°) l’escroquerie chiffrée de M. Darmanin

Infraction 2e trimestre 2020 – cumul 3e trimestre 2020 – cumul % augmentation
Vols avec armes 1 254 2 014 + 61%
Vols violents sans armes 12 065 20 099 + 66%
Vols sans violences 93 155 173 580 + 86%
Coups & blessures vol. 62 747 74 739 + 19%
Cambriolages logements 32 398 55 079 + 70%
Vols de véhicules 25 940 34 963 + 34%
  CONFINEMENT REBOND EXCEPTIONNEL EXPLOSION CRIME

De là, deux hypothèses également inquiétantes : ou le préfet de police a froidement menti à son ministre ; ou celui ci a menti lui-même, en connaissance de cause.

Or comparé – là, honnêtement – au 2e trimestre 2021, le 3e trimestre de l’année en cours est exécrable : coups et blessures volontaires, + 6% ; vols avec armes, + 5% ; vols violents, + 3% ; vols sans violences, + 13% ; cambriolages (logements), + 4% ; vols de véhicules, + 7% ; vols dans les véhicules, + 14%. Éclairons ces arides pourcentages : +5% de vols avec armes, ce sont des dizaines de braquages EN PLUS de tous ceux, antérieurs, eux-mêmes déjà nombreux.

Autre enfumage-Darmanin, sa lutte contre les « supermarchés de la drogue » (écartons ici les massives saisies de la douane). Prenons Marseille et ses ± 160 points de deal des quartiers nord : Frais-Vallon, La Castellane, La Paternelle, Campagne l’évêque, etc. Selon nos sources de terrain, la police y lance environ deux opérations coup de poing par mois, ± 25 par an. Lors desquelles, disent ces policiers, les saisies sont maigres (8 kg. de hasch par-ci… 15 kg. par-là…).

Soyons généreux : ce showbiz marseillais confisque ± 500 kg de cannabis par an. Or la France fume une tonne de cannabis par jour ! (de 350 à 400 t./an). Preuve du bidonnage-Dar­manin : dans la rue, à Marseille ou ailleurs, le prix de détail du cannabis reste stable. Si ces raids impactaient vraiment ce trafic, ces prix bondiraient – comme lors du confinement, du fait de la passagère difficulté à réassortir les stocks.

Plus largement, quel est l’état de la sécurité en France, à l’automne 2021 ?

Lisons quelques titres de ces dernières semaines :

  • Le pillage des campagnes continue : « Les viticulteurs à l’affût des voleurs de raisin »,
  • À Marseille « scènes de guérilla urbaine » au Palais omnisport, envahi et ravagé par des meutes de voyous,
  • Nantes, janvier-septembre 2021 : 44 fusillades entre gangs, 11 blessés,
  • « Plus de 100 agressions par jour contre les représentants de l’autorité en France » : Chaque jour, des policiers menacés, dénoncés, attaqués par des meutes hostiles, voire lynchés ; de même, autour des zones hors-contrôle, « destruction systématique » de ces caméras de vidéo­surveillance qui gênent les trafics.
  • Bordeaux « le trafic de drogue excède commerçants et riverains »,
  • Marseille (encore) : « Des habitants excédés par les cambriolages à répétition ».

Pourquoi ce chaos criminel ? Quelques pistes permettent de comprendre : partout en France, « les squats se multiplient » ; « Pourquoi les étrangers en situation illégale ne sont presque ja­mais expulsés ? » « La justice débordée par la violence des mineurs non-accompagnés ».

Tout cela, les Français le lisent et, mieux encore, l’éprouvent au quotidien. C’est pourquoi, bidonnages-Darmanin ou pas, la sécurité reste la « préoccupation déterminante pour les Français dans leur choix de vote » [à la présidentielle].

Pour conclure, élevons le débat. Comme disait le splendide Alexandre Vialatte, « L’homme passe son temps à essayer de vider la mer avec une cuillère à café et il rêve d’une cuillère à soupe ». M. Darmanin ne rêve pas d’une cuillère à soupe – il l’invente. Reste à voir si les élec­teurs apprécieront l’entourloupe.

Xavier RAUFER

Xavier RAUFER

Criminologue

Enseignant et Écrivain