Copie d’écran du compte YouTube de BFMTV

Sarcelles : la note qui interdit aux policiers les courses-poursuites sauf en cas de «crime de sang»

Ce mercredi, la commissaire, chef de la circonscription de Sarcelles (Val d’Oise), a écrit une note de service rappelant formellement aux policiers de ne plus prendre en chasse les motards ou automobilistes qui refuseraient d’obtempérer lors d’un contrôle. Immédiatement, la grogne a gagné les rangs des hommes de terrain.

Lire l’article original : Le Parisien

La note de service de la commissaire de Sarcelles ou les prémisses

de la Néandertalisation

En tant qu’ancien Commissaire de Police, plusieurs fois chef de circonscription en Seine Saint Denis, la lecture de la note de service de la commissaire de Sarcelles interdisant à ses fonctionnaires d’engager des poursuites lors des refus d’obtempérer, m’a laissé pantois.

Ma première réaction a été un mélange d’indignation, d’incompréhension, de colère à l’égard d’une de mes consœurs dont je jugeais l’initiative manuscrite particulièrement inappropriée et maladroite.

Et puis, la sagesse de l’âge l’emportant, je me suis remémoré la dédicace prémonitoire que j’avais faite à l’une de mes jeunes commissaires adjointes lors de mon départ en retraite : « en souvenir de cet improbable rencontre de l’aube et du crépuscule » ….

Se limiter à des commentaires circonstanciels, jeter l’opprobre sur une responsable policière sans prendre en compte une réflexion globale, quasi philosophique qui ne relève plus du sociétal mais de l’anthropologique, serait une erreur à l’image de ces éructations webiennes contemporaines.

Ma dédicace était bien prémonitoire. Un monde policier disparaissait dans le crépuscule, tandis qu’un autre émergeait dans l’aube d’une ère nouvelle.

Plus rien ne serait jamais comparable, car, que reflète cette note de Service ? Un constat.

La massification des comportements anomiques, l’extravagance, le caprice, érigés en critères comportementaux d’épanouissement personnel, le rejet de l’homogénéité au profit du bizarre, de l’étrange, l’interprétation hédoniste de toutes les règles, ont fait voler en éclats tout ce qui nous avait construit.

Même le sacré, pourtant largement laïcisé, qui avait sublimé l’honnêteté, la respectabilité, la probité, l’image que l’on donne de soi à disparu dans les abîmes de l’Histoire.

Par ruissellement de cette philosophie nihiliste, ce qui était jusqu’alors considéré comme inacceptable, incompréhensible, illégal, devient…tolérable, acceptable, compréhensible.

Il sera donc désormais interdit à tout policier de contrôler un voleur de voiture en fuite, des cambrioleurs en fuite, des braqueurs en fuite, des conducteurs alcoolisé ou drogués…

Déjà une note de service précédente du Directeur Central de la Police Judiciaire interdisait aux commissaires de Police de traiter des informateurs, une autre de procéder à des coups d’achat pour mettre en évidence des trafics de stupéfiants.

Désormais, lors des perquisitions l’avocat sera présent et pourra faire des observations. Dans l’affaire de Viry Chatillon des collègues sont poursuivis pour n’avoir fait que leur travail lors de gardes à vue, tandis que dans celle de

« la brise de mer », les sonorisations des véhicules et des appartements, qui ont permis de confondre les malfaiteurs, sont considérées comme « déloyales » par les avocats de la défense !

Il est grand temps de désarmer les policiers et de leur fournir des liasses de convocations sur lesquelles sera spécifié en caractères gras le caractère facultatif d’y répondre.

A terme il faudra réfléchir à l’utilité de leur existence.

Oui, c’est bien au crépuscule d’un monde que l’on assiste.

Plus de 400.000 ans ont été nécessaires à Homo-sapiens pour supplanter l’Homme de Néandertal pourtant omniprésent sur le continent européen. La prépondérance du premier s’est orchestrée autour d’un seul vecteur d’évolution : sa construction sociale, sa sédentarisation et l’acceptation de règles tribales communes basées exclusivement sur la préservation de sa sécurité.

L’Humanité naissait tandis que l’hominidé disparaissait.

L’intangible parité évolutionniste entre l’outil et l’éthéré, le domestique et l’existentiel, allait conduire l’homme au gré des civilisations à un affectio sociétatis global préservant sa pérennité : le vivre ensemble.

Dans le même temps Néendertal disparaissait à cause de son incapacité à s’agréger à la socialisation naissante. Sur les rares squelettes retrouvés on a noté que sa main montrait une disproportion énorme du pouce lui interdisant toute manipulation d’outil sophistiqué mais lui permettant aisément de tenir une massue !

À l’aube de cette évolution darwinienne inversée, il ne nous reste qu’une seule chose à faire si l’on ne veut pas disparaître définitivement :

Apprendre à tenir une massue !

Maurice SIGNOLET

Commissaire Divisionnaire Honoraire