Étonnant ce drôle de président qui s’inquiète d’une société qui se fracture et se communautarise. Surprenant de lire que cet homme élu par un concours de circonstances n’ait toujours pas compris à quoi servait un président de la République.

Le même qui a réactualisé le tour de France à la façon d’un Charles IX ignorant tout de son peuple et tout autant méconnu de lui, scrute avec cynisme ou une réelle ignorance ce qu’il advient de son pays. 

Dans tous les cas, il est particulièrement inquiétant d’observer, ou lire, l’expression de ses interrogations qui portent à croire que ce monsieur devrait plus souvent sortir de sa bulle Élyséenne. 

Car s’il voulait quelques réponses à ses angoisses scénarisées, nous pourrions lui fournir quelques pistes de réflexions. 

La première serait de lui suggérer d’éviter de chercher d’autres responsables que lui-même à cette déliquescence programmée. 

Pour ceux qui observent la vie politique et historique de ce pays, il ne fait aucun doute qu’Emmanuel MACRON est directement et personnellement responsable de cet effondrement des valeurs républicaines.

Qu’espérer d’autres que le désordre et le chaos, quand on nomme aux plus hautes responsabilités de l’État des individualités aussi inappropriées que celles qui ont été nommées ces dernières années. 

Les nominations les plus récentes en sont une parfaite illustration, et avec DUPONT-MORETTI une sorte de chant du cygne. Il fallait être idiot, aveugle ou politiquement suicidaire, pour nommer à la tête du ministère de la justice, un homme qui déteste tant les magistrats et plus généralement les fonctionnaires.

Nous savons aujourd’hui que ce personnage qui n’a jamais cessé d’être ce qu’il fût, c’est à dire un avocat, profite allégrement de sa position pour régler ses anciens comptes. Dans n’importe quelle société bananière cela aurait constitué un scandale d’État et aurait entrainé illico presto la démission du ministre indélicat.  Mais sous la gouvernance Macron, pas de soucis, tout se passe comme si de rien n’était. 

Cet avocat qui a plusieurs fois démontré son incurie à gouverner (la plupart de ses textes sont retoqués) persiste avec l’arrogance et l’agressivité que nous lui connaissons. La même que celles que nous lui connaissions quand il s’acharnait à traumatiser les témoins qui avaient le malheur de passer à porter de tir. 

Idem pour le ministre de l’Intérieur dont la nomination, due probablement à sa proximité avec l’inénarrable Sarkozy, et dont les frasques sentimentales auraient retenu une volonté de sérieux gouvernemental. Mais là encore pour Emmanuel MACRON pas de problème. Il préfère la soumission lâche à l’efficacité gouvernementale. 

Car finalement, où cela nous mène-t-il ? Si ce n’est au chaos et à la révolte. Que peut en penser une société qui constate quotidiennement que l’on peut enfreindre toutes les règles sans que jamais le ou les auteurs en subissent les conséquences ? 

Quel spectacle affligeant que de voir l’ancien président Sarkozy se balader de prétoires en prétoires pour échapper aux sanctions liées à ses frasques financières ! 

En même temps, le gouvernement et ses séides, semblent avoir trouvé la recette en nous faisons miroiter l’existence des variants X, Y et Z qui ont bon dos pour faire craindre de nouveaux confinements et plus si affinités. 

Vous avez raison monsieur le président interrogez-vous, et surtout pour savoir jusqu’à quand ce peuple endormi va subir vos errements. 

Il va bien falloir se réveiller un de ses jours. 

Par le vote, ou par autre chose…. 

Jean-Pierre COLOMBIES

Jean-Pierre COLOMBIES

Commandant Divisionnaire Honoraire

Porte parole de l’association de policiers UPNI (Union des policiers Nationaux Indépendants)