Derrière le Covid saison 2 et les Talibans 2 « le retour », il y a de fortes chances pour que l’exécution d’un gamin de cité passe au rayon des pertes et profits médiatiques.

Si on ajoute à cela les joutes politiques stériles qui animent cette fin d’été pourri le tableau sera complet.

Étrange tout de même ces élus écolos un peu largués qui s’acharnent sur ce président pathétique pour de mauvaises raisons. Car si l’accueil de migrants Afghans occupera sans nul doute les soirées préélectorales des permanences verdâtres, peut-être seraient-ils plus inspirés de tourner largement la tête de côté pour contempler le désastre de certains de nos quartiers bleu-blanc-rouge.

Je ne sais pas si Emmanuel Macron devrait avoir honte ou pas de trier les futurs migrants Afghans (qui, en l’espèce ne sont que des hommes, où sont les femmes ?). A dire vrai, j’aurais une certaine tendance à lui donner raison. Pour une fois, mais une fois seulement. Parce que, au-delà d’une question Afghane, pour laquelle nous ne sommes pas vraiment concernés, le problème des zones de non-droit Françaises, lui, est bien réel. Et sur ce registre, il n’est pas un seul parti politique qui ne soit fautif, puisque d’une manière ou d’une autre, ils ont tous été associés aux politiques de la ville et aux problématiques sécuritaires.

Et qu’ont-ils fait ? Quel verrou ont-ils fait sautés ? Du moins dans un sens positif. Aucun. Bilan zéro. Car pour le reste, les morts et les deuils se succèdent.

Pour ce qui est du pouvoir en place, que dire ? Si ce n’est qu’il est à la fois inepte et inapte. Gérald Darmanin est, et ne restera que l’excroissance visible de l’incapacité d’Emmanuel Macron à envisager l’insécurité en France.

Nous avons déjà expliqué et développé pourquoi cette gouvernance ne fera et n’envisagera rien de sérieux ou de concret en la matière. Ni Macron, ni aucun membre de son gouvernement ne sont équipés pour cela. Ce n’est ni dans leur logiciel de pensée ni dans leur ADN politique.

Voilà donc pourquoi ce « pôvre » Darmanin en est réduit à jouer le rôle de ministre itinérant. Allant de désastre en désastre, et déposant religieusement un bouquet de chrysanthème par-ci par-là. Nous saoulant de paroles et d’imprécations mille fois entendues, ordonnant aux préfets ou préfètes de harceler les dealers à la façon d’un scénario déjà vu mais toujours plus inutile et grotesque.

Il nous ferait presque de la peine ce pauvre Gérald, qui passe plus de temps dans les Ouigo qu’à réformer un processus judiciaire indigent que son complice DUPONT-MORETTI verrouille consciencieusement.

Ils ne sont pas seulement grotesques, ils sont pathétiques et seraient presque comiques si entre-temps les corps de ces gamins exécutés ne finissaient pas sur les tables d’autopsie.

Nous n’avons même plus de colère pour décrire tout cela, seulement du dégoût et du mépris.

Pour Marseille, plus précisément, nous y reviendrons plus longuement une autre fois. Il y a tant à dire au sujet de cette cité lâchement abandonnée au diktat des voyous avec la bénédiction d’élus indignes.

En attendant, ayons quand même une pensée pour une famille qui enterrera un gamin au corps truffé de plomb. R.I.P

Jean-Pierre Colombiès

Jean-Pierre COLOMBIES

Jean-Pierre COLOMBIES

Commandant Divisionnaire Honoraire

Porte parole de l’association de policiers UPNI (Union des policiers Nationaux Indépendants)