Capture d’écran de la chaîne YouTube de Public Sénat

Lettre de Frédéric Veaux DGPN

Claude DUPONT lui répond :

Marseille, le 14 mai 2021

Monsieur Fréderic VEAUX

Directeur Général de la Police Nationale

 

Monsieur le Directeur Général,

En réponse à votre lettre en date du 12 mai,

Sous réserve du respect que je vous dois,

je vous précise tout d’abord que les termes de cette mise en garde dont je fais l’objet de votre part m’ont surpris et choqué dans la mesure où l’obligation de réserve, à laquelle vous me rappelez,  ne fait pas obstacle, que je sache, à la liberté d’expression.

A cet égard je vous rappelle l’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule :

 » Tout individu a droit à la liberté d’opinion ».

Ceci implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir, de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Tout en étant parfaitement conscient de mon statut que je n’ai jamais occulté, je tiens à vous préciser également que cette lettre est une œuvre collective d’un groupe de policiers retraités. Ils ne sont ni des putschistes, ni des factieux, encore moins des exaltés ou des fanatiques. Les termes employés ne sont ni injurieux, ni insultants, ni provocants à l’endroit des pouvoirs publics.

Pour avoir au cours de 35 ou 40 années de service, blanchi sous le harnais, forts de notre expérience passée, de notre fidélité et de notre loyauté à la Police Nationale que nous avons servie envers et contre tous, nous entendons aujourd’hui ne pas  rester passifs devant la montée des violences, les actes de terrorisme, l’immigration sauvage et continue, le communautarisme invasif, le peu de contrôle de l’État dans de nombreux territoires, les attaques à force ouverte et les meurtres de membres des forces de l’ordre, qui constituent à nos yeux les prémices d’une guerre civile larvée qui ne doit pas être banalisée.

Dans votre courrier, vous me rappelez les dernières mesures prises par le gouvernement en faveur de la Police Nationale, mais croyez-vous vraiment que ces mesures auraient été prises dans l’urgence s’il n’y avait pas eu les réactions indignées des militaires retraités, puis de nous-mêmes, toutes soutenues par la population civile ?

Quant à la réponse pénale, j’ai pris acte de ce que vous annoncez, mais en l’espèce, permettez-moi d’attendre des actes concrets de la part des magistrats et des juridictions pénales.

Je pense donc sincèrement que vous n’avez pas bien compris le sens de notre démarche.

 Soyez persuadé que les aînés que nous sommes sont conscients de la nécessité de soutenir l’action des pouvoirs publics, ce que nous avons toujours fait au long de notre carrière, aujourd’hui plus encore, et cela en étant dépourvus de tout esprit partisan ou politique. Nous ne voulons aucunement fragiliser l’institution policière, bien au contraire.

Et c’est bien la raison essentielle pour laquelle nous avons conçu cette lettre.

Permettez-moi enfin une note personnelle : à 74 ans, je désire comme tout un chacun vivre dans une France apaisée où l’autorité de L’Etat ne soit pas battue en brèche, sur une terre où les policiers et tous les membres des forces de l’ordre soient respectés, et surtout je ne voudrais pas avoir à m’incliner demain devant la dépouille de mon fils, âgé de 48 ans, en fonction à la sûreté départementale de Toulon, tué en service comme d’autres de ses collègues…

Et je ne souhaiterai pas non plus assister demain dans mon pays à un changement de lois, de religions, et de coutumes mettant en péril la vie sociale, la vie tout simplement, de mes huit petits-enfants âgés de 6 mois à 14 ans.

Ce sera ma conclusion, Monsieur le Directeur Général, elle résume mon sentiment, le sentiment profond qui m’anime et celui de tous mes collègues signataires de la lettre ouverte.

Je vous prie d’agréer enfin, Monsieur le Directeur Général, l’assurance de mes respectueux sentiments.

 

Claude DUPONT

Commissaire Divisionnaire Honoraire

ARTICLE DU QUOTIDIEN « LA PROVENCE » EN DATE DU 18/05/2021

La Provence du 18 mai 2021